Production cotonnière: les autorités face à un choix cornélien

0
61

Le déploiement d’un dispositif policier entravant l’accès à son siège, hier matin, n’a pas empêché les responsables de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton au Mali (CSCPCM) de drainer une foule de sociétaires venus des 4 filiales cotonnières que sont Sikasso, Koutiala, Fana et zone OHVN, Kita dans le cadre d’une assemblée générale d’information.

Pour les responsables de la CSCPCM, il s’agissait d’informer les cotonculteurs des efforts entrepris par les autorités de la Transition en leur faveur, en termes d’augmentation du prix d’achat du kilogramme de coton graine (FCFA 280 FCFA le kilo contre FCFA 250 en 2020/21), de subvention des intrants agricoles.
«Notre soutien à la Transition n’est pas une dette à rembourser ; c’est plutôt un remboursement de dette pour tout ce qu’elle fait pour nous les cotonculteurs », avait déclaré Bakari KONE, le Président de la faîtière des cotonculteurs, à l’occasion de l’Assemblée générale de validation des termes de référence pour le diagnostic institutionnel et organisationnel de l’organisation.
L’autre objectif de l’assemblée générale, selon ses organisateurs, était de réitérer l’engagement des cotonculteurs à réaliser leur objectif de production pour la campagne en cours qui est de 810 000 tonnes de coton graine contre 147 000 tonnes avec une chute de 77% des superficies emblavées l’année dernière.
«Nous promettons cette année une production record, un seuil jamais atteint au Mali », avait annoncé Bakari KONE.
Mais, à en croire les responsables de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton, les belles résolutions seront compromises par un maintien à son poste de l’actuel PDG de la CMDT, Nango DEMBELE, considéré comme l’agent catalyseur à l’origine de toutes les zizanies dans les rangs des producteurs de coton.
« Si Nango DEMBELE est gardé à son poste, nous ne vendrons pas cette année notre coton à la CMDT », déclarent laconiques les responsables de la CSCPCM soutenus par une foule de membres venus de divers horizons pour dénoncer la tentative de prise en otage de leur organisation par ceux qu’ils qualifient de ‘’mafia politique’’. Pour les manifestants, point de doute que Nango DEMBELE est l’écharde qu’il faut impérativement retirer de la plaie.
Ainsi, le rebond annoncé de la production de coton au Mali à 810 000 tonnes en 2021/22 est hypothéqué, avec son corolaire de manque à gagner énorme pour l’État.
Ils ont également une dent contre la nomination d’un administrateur provisoire en la personne de Souleymane FOMBA, pour un mandat de 6 mois. S’ils n’ont rien contre le mandataire, la nomination de quelqu’un de totalement étranger à la faîtière reste en travers de leur gorge.
« Comment quelqu’un qui n’est pas cultivateur, qui n’est pas sociétaire peut être nommé pour diriger notre organisation qui a ses règles de fonctionnement ne prévoyant pas un administrateur provisoire ? » expriment les cotonculteurs leurs griefs envers les autorités à l’origine de ce qu’ils considèrent comme une imposture, une décision purement politique.
« Cotonculteurs, donnons-nous la main ; n’acceptons pas d’être un fonds de commerce de ceux qui ont des agendas cachés », exhorte le Président de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton du Mali Bakari KONE.
Ils sont d’autant plus ulcérés et révulsés que la décision de justice qui annule la nomination de M. FOMBA fait l’objet d’un mépris souverain de la part des autorités qui semblent prendre fait et cause pour Nango DEMBELE qui voient dans l’administrateur provisoire une sortie honorable pour lui, après le cinglant revers subi par son candidat en la personne de Bakari TOGOLA, lors de l’élection d’un nouveau bureau.
Constant dans sa démarche d’inclusivité, le Président Bakari KONE demande au ministère de l’Agriculture, en tant que tutelle, de réunir autour de la table les PDG de la CMDT, de l’OHVN et le Président de la CSCPCM pour crever l’abcès en vue d’un nouveau départ sur des bases saines. Déjà, fait-il savoir, il a la main tendue pour que des membres du camp adverse puissent intégrer le bureau qu’il préside dans le respect des textes en vigueur. Si certains étaient prêts à franchir le pas, apprend-on, d’autres en seraient dissuadés par Nango DEMBELE partisan du tout ou rien, au grand dam de l’unité des paysans et des revenus de l’Etat pour qui le coton représente, après l’or, la deuxième source d’exportation.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : Info-Matin

http://mali-web.org/economie/production-cotonniere-les-autorites-face-a-un-choix-cornelien2021-10-13T12:46:16+00:00MaliwebEconomie

Le déploiement d’un dispositif policier entravant l’accès à son siège, hier matin, n’a pas empêché les responsables de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton au Mali (CSCPCM) de drainer une foule de sociétaires venus des 4 filiales cotonnières que sont Sikasso, Koutiala, Fana et zone OHVN,…

Maliweb
[email protected]AdministratorMaliweb

Source: mali-web