Le Premier ministre reçoit les représentants du cercle d’Ansongo

0
88
Ce lundi 23 janvier 2023, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a reçu en audience une importante délégation de ressortissants du cercle d’Ansongo, venus lui exposer leurs préoccupations.
Au nom des populations d’Ansongo, le porte-parole Saloum Moussa Maïga, a lu une correspondance adressée au Président de la Transition. Dedans, elles reconnaissent et saluent les efforts consentis par les autorités de la Transition dans leur cercle, notamment en matière de sécurisation. Pour autant, la situation reste selon elles préoccupante, au regard du grand nombre de déplacés qui affluent quotidiennement, provoquant ainsi une augmentation subite de la population et entraînant des crises de toutes sortes. Selon le porte-parole Maïga, la ville d’Ansongo est aujourd’hui devenue une ville martyre. L’élevage est devenue quasi impossible dans la zone et les foires ne se tiennent plus à cause de l’insécurité.
Plus que jamais, Ansongo, berceau de l’Empire songhoy, une des premières circonscriptions du Soudan français, devenue cercle dès l’accession du Mali à l’independance, a besoin de voir son économie relancée. Cela passe naturellement par une maîtrise de l’insécurité.
Autre préoccupation et non des moindres exprimée par les visiteurs, c’est l’érection du cercle en région. Pour ce faire, Ansongo ne manque pas d’atouts, a souligné le porte-parole. Surtout qu’à la faveur de la réorganisation territoriale, tous les arrondissements seront érigés en cercles.
Aussi, les ressortissants d’Ansongo, comptent-ils sur le Premier ministre pour voir leur vœu se réaliser. Ils ont réaffirmé leur soutien total aux Autorités de la Transition qui sont selon eux, s’inscrivent dans la vision du Président Modibo Keïta et de ses compagnons, pour la réalisation de la souveraineté pleine et entière du Mali.
Le Premier ministre a salué la démarche de ses hôtes et les a assurés de la détermination des autorités de la Transition à pacifier le pays. Pour preuve, il a rappelé les efforts fournis en deux ans en matière d’ équipements des forces de défense et de sécurité. Efforts selon lui, jamais égalés depuis trente ans.
Aujourd’hui, le Mali peut frapper partout sur son territoire et ce, de façon totalement autonome, a-t-il affirmé.
Choguel Kokalla Maïga a enfin invité ses hôtes à consigner toutes leurs préoccupations dans un mémorandum adressé au Président de la Transition qui en fera une analyse appropriée.
CCRP/Primature

Source: mali-web