CAMEROUN :: Embouteillage: l'hommage de Louis EBENE à Martinez Zogo :: CAMEROON

0
95

Seul un système combat un système, une organisation détruit une organisation.

Embouteillage

Sur la bande FM
De Magic à Amplitude
Une matinée sans Martinez
Il y a embouteillage

Sur les ondes et dans les taxis
Une voix crie au désert
Martinez dénonce
Martinez dérange

A chaque embouteillage
Des menaces et bastonnades
Des séjours au cachot
La voix resiste

Embouteillage sur le net
Embouteillage sur un métier
Embouteillage sur une vie
Embouteillage sans Martinez

Dans une carrière à Soa
une chaussure
Un corps sans vie
La consternation

La presse aux abois
Le peuple hébété
Sur hautes instructions
Une enquête ouverte

Des interrogations
Des suspects
Selon l’alphabet
Il y a A et B

Des chiffres impressionnants
Des lignes pas droites
Un calcul en base R
57 + 65 = 94 milliards

Sortie sur sortie
On s’agite
On accuse
Sans la preuve

Dénudé et torturé
Après de longs jours
Comme un chien
Ils l’ont tué

Chacun dit sa part
Chacun pleure sa part
Ça va dans tous les sens
Hélas loin de la vérité

Le constat est amer
La presse est traquée
Les plumes sont brisées
Les micros se taisent

Parler est risqué
Parler du vol est risqué
Parler des voleurs est risqué
Se taire c’est être complice

Pris dans l’embouteillage
Martinez  s’en est allé
Des pleurs et des larmes
Des larmes de crocodile

Silence radio
C’est fini l’embouteillage
Vive la barbarie
La loi du plus fort

Texte de Louis EBENE.  Yaoundé 22/1/2023

Source: camer.be